Archive for 2013年十月

De la Chine à l'Afrique du Sud, les pérégrinations du cycliste Fengyan Du

Parti de Chine en 2011, Fengyan Du est arrivé en octobre 2013 au Cap, en Afrique du Sud. Un périple initiatique de plus de 35 000 km pour ce jeune informaticien de 27 ans qui a traversé l'Afrique du Nord au Sud à vélo.

DSC_035200

La Chinafrique ne se résume pas qu'aux affaires de gros sous, elle peut aussi rimer avec humanisme. C'est ce qu'a prouvé à la force de ses mollets Fengyan Du, un jeune informaticien de 27 ans, qui a réalisé en deux ans un rêve d'enfant : rouler à vélo à travers le continent africain.

Son projet commence en 2009. Fengyan travaille alors à Pékin, et il décide de mettre de l'argent de côté. En deux ans, il parvient à économiser quelque 7 000 dollars. Laissant parents et amis derrière lui, il entame son périple à Nanning (sud-est de la Chine), le 25 août 2011. Depuis, le cycliste a parcouru environ 35 500 km et traversé 22 pays : l'Inde, l'Iran, et puis l'Égypte, le Soudan, l'Éthiopie, la Somalie, le Kenya, le Rwanda, la Tanzanie... Jusqu'à son but, le Cap de Bonne-Espérance, en Afrique du Sud, qu'il a atteint le 10 octobre.

C'est une véritable odyssée qui s'achève. Fengyan bien sûr traversé des paysages grandioses et fait des rencontres inoubliables... mais le voyage n'a pas été de tout repos. Le principal danger ? La route elle-même… "On dirait que chaque jour, j'y risque ma vie", dit ce Jack Kerouac asiatique, qui a bien failli finir son voyage dans le décor une bonne dizaine de fois. Mais il n'a été percuté qu'à une seule occasion, au Vietnam, par une moto qui l'a renversé. Heureusement sans le blesser.

Voir le diaporama du voyage de Fengyan Du :

Hyènes, éléphants, voleurs...

Il y a aussi le risque, lorsqu'on campe en pleine nature, de voir sa tente encerclée par des hyènes ou écrasée par des éléphants. Sans parler des problèmes causés par le brigandage. Mais Fengyan Du a pris le partie d'en rire. Les voleurs, il "les fixe intensément droit dans les yeux et effectue un ou deux tours de kung fu [qu'il pratique depuis 2008, NDLR] pour les faire fuir", plaisante-t-il. Et d'ajouter qu'il a eu la chance, toutefois, "de ne pas tomber sur des coupeurs de route professionnels. Ni sur de véritables tueurs…"

Mais ses plus mauvais souvenirs, ce sont ces moments où, face à des personnes dans une extrême pauvreté, il n'a rien pu faire. Ces enfants éthiopiens à qui il ne pouvait donner d'argent car son budget était trop serré, et qui lui ont jeté des pierres par dépit, étaient de ceux-là.

Fengyan Du préfère se souvenir des êtres généreux et courageux qu'il a croisés en chemin.

Mais le jeune homme n'est pas rancunier et ne se focalise pas sur ses mauvaises expériences. Il préfère se souvenir des êtres généreux et courageux qu'il a croisés en chemin. "Les personnes qui travaillent durement pour réaliser leurs rêves sont les plus intéressantes, dit-il. Comme ces enfants du Somaliland qui étudient dans une cabane faite de feuilles de palmes, mais rêvent de se construire une vraie école."

Cliquer sur la carte du trajet de Fengyan Du pour l'agrandir (compte Gmail requis) :

Son aventure, il voudrait désormais la coucher sur le papier, la transmettre. "Le voyage est comme une sorte d'université, riche en enseignements", explique-t-il. Et de philosopher : "On apprend tout, sur la route. (…) Après avoir croisé toutes ces vies différentes, je peux vivre maintenant la vie pleine de sens à laquelle j'aspirais."

Aujourd'hui, Fengyan profite du Cap avant de rejoindre Johannesburg pour prendre, le 23 octobre, son vol-retour pour la Chine. Avec la promesse de revenir un jour en Afrique. Mais il rêve déjà de nouveaux horizons. Un autre tour en vélo… à travers les Amériques, cette fois.

________

Par Jean-Marcel Maillard et Elena Blum

Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Voyage | De la Chine à l'Afrique du Sud, les pérégrinations du cycliste Fengyan Du | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

2 years, 22 countries,2 lucky charms and all on two wheels

THIRTY-five thousand kilometres after Du Fengyan climbed on to his bicycle in China he arrived in Cape Town. It took him two years, pedalling through 22 countries across South-East Asia, the Middle East and Africa, to arrive in the Mother City last week. He has wanted to travel the world on a bicycle since he was a child.

PICTURE: TRACEY ADAMSWILD RIDE Yang Huaiyu, left, and Du Fengyan arrive in Cape Town after cycling 35 000km from China  SOUTH AFRICA

“Riding a bicycle is free and you can stop anywhere,” said Du.

Du saved for two years and quit his job as a network engineer in Beijing in 2011. He built his own travel bike and left with 70kg of luggage – a GPS, clothes, cooking and camping equipment, medical supplies, $3 000 (about R30 000) and two good luck charms from friends.

He crossed over the 5 600m high Mila mountain pass in Tibet, cycled though Vietnam during the rainy season, the low, flat plains of Cambodia, slept in temples in Thailand, and in India he spent six months volunteering as a kung fu teacher in an orphanage. Since he could not obtain a Pakistani visa, he flew from Mumbai to Shiraz, Iran, and then continued cycling over the steep hills of Armenia, through Georgia and Turkey and arrived during Ramadaan last year in Jordan. “When you have trouble, you go to the mosque,” said Du.

He slept in mosques and the locals shared their food and Arabic tea with him in the evenings. Du and his bicycle were ferried across the Red Sea to Egypt a year ago, where a police car followed him for protection and he slept at soldiers’ checkpoints from town to town. In Egypt a teenager pulled out a knife and demanded money. Du stared at him and the boy dropped the knife and ran.

He met a cyclist in Addis who was also from China and told him of 22year-oldHuaiyu Yang, who left China in 2012, and was also making his way through Africa by bike. Du and Yang crossed paths in Kenya. As they speak the same language and enjoyed the same food, they decided to cycle together. “Two guys cycling together through Africa is better,” said Yang, who arrived in Cape Town with Du. It was also safer sleeping in the bush as a pair.

They saw lions and zebra while crossing the Serengeti National Park and encountered hyenas while camping in the wild in Tanzania.

They cycled through Malawi into Zambia and eventually entered South Africa through Namibia. They spent 10 days travelling down the West Coast.

“It was beautiful, green, with colourful flowers,” said Du. “(Cape Town) is like heaven,” he added.

Both cyclists said their journey had changed them. “The difficulties in life are not so difficult compared to the difficulties on the road,” said Du.

He said he had a broader perspective of the world and has learnt that one must always have hope.

“When you are in trouble there will always be good people to help you. We always have hope.”

They leave Cape Town today for Joburg by bus and fly back to China next week.

from:http%3A%2F%2Fcapeargus.newspaperdirect.com%2Fepaper%2Fviewer.aspx%3Fnewspaper%3Dcape%2Bargus%26cid%3D6256&ei=HAZhUvDyFo-BhAf1y4GgAw&usg=AFQjCNF_2iOOGz5sssCactvLEfgLT4VPMg&bvm=bv.54934254,d.Yms

[codepeople-post-map]

无觅相关文章插件,快速提升流量